Alexandra Lopez connait bien le monde des entreprises. Notamment du côté du droit puisqu’elle est juriste ! Entourée d’entrepreneurs et de freelances, elle apporte ses connaissances aux autres Plagistes pour les aider à leur création d’entreprise et en retirer le maximum de cette expérience. Elle se présente à nous.

1) Quelle est ta profession ?

Je suis juriste en droit des affaires et en droit des sociétés. Je conseille les entreprises et les aide lors de leurs créations. Je leur donne des précisions sur les différents statuts, les différents types d’entreprises avec les avantages/inconvénients intrinsèques. Pour faire court, je leur explique comment exercer une activité en France.

 

2) Quels sont ta situation et ton parcours ?

Alexandra Lopez, fondatrice de Juriest cabinet de conseil en entrepriseDe mon côté, je suis salariée de ma propre boîte, Juriest. C’est une société par actions simplifiée uni-personnelle, ce qui me permet d’être mieux protégée. En Alsace, l’auto-entrepreneur est en faillite et on assiste à un accroissement de la faillite civile. La crise augmente, ce qui engendre le chômage. La solution est de créer sa boite mais il faut le vouloir pour le faire !

Auparavant, j’ai travaillé 10 ans dans un cabinet d’avocats avant de faire 8 ans dans un cabinet d’expertise comptable. Juriest a été créé en mars 2013, ce qui fait 7 mois d’existence. Pour conseiller en création d’entreprises, il faut avoir créé soi-même sa propre entreprise. Je marche par bouche-à-oreille puisque je suis en contact avec des experts comptables et des avocats. Nous nous envoyons mutuellement des clients : je consulte les personnes pour ensuite les renvoyer vers les professionnels adéquats.

 

3) As-tu une spécialité dans le droit d’entreprise ?

Je me suis spécialisée dans la création de sociétés coopératives à intérêt collectif (SCIC). Il y a peu d’informations sur le sujet alors qu’il y a beaucoup d’avantages. Ça crée et pérennise des emplois car l’argent qui résulte de l’activité est principalement réinjectée dans la société et non dans les bénéfices pour actionnaires.

En France, il existe 176 SCIC. Je me suis fixée comme objectif d’en créer 7 d’ici la fin de l’année. Ce genre de société va se répandre puisqu’elle injecte de l’éthique dans l’économie. D’ailleurs, plusieurs de mes clients venaient pour créer leur entreprise. Ce n’était cependant pas adapté pour eux donc je me suis intéressée à la coopération et au bénévolat. Ce qui m’a amené à opter pour les SCIC, même si l’institution ne veut pas aider.

 

4) Pourquoi avoir être venue à la Plage ?

Il me fallait un lieu de travail. C’est très important psychologiquement, surtout en tant que mère de famille. C’est aussi important car on a un endroit professionnel pour recevoir les clients.

Avec les autres coworkers, il y a aussi des échanges professionnels qui se font. J’ai aidé  plusieurs coworkers – comme Jérôme et Yves – à créer leurs sociétés commerciales. D’ailleurs, ça marche dans les deux sens. En travaillant avec ces personnes, j’ai commencé à apprendre le vocabulaire informatique, dont je ne connaissais rien au départ !

 Alexandra lopez, juriest
Logo Juriest, cabinet de conseil en entreprise

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On Youtube