Ô rage, ô désespoir, ô collaborateurs ennemis. Derrière cette entrée en matière peu joyeuse se cache la triste réalité de l’homme en proie à une profonde lassitude face aux erreurs et incompréhensions qu’il croise au long cours de sa vie professionnelle. Le dernier évènement date du moment où j’ai reçu enfin la jolie plaque que je vais installer en bas pour remplacer la feuille scotchée au mur. Certes la feuille en question aura survécu aux intempéries les plus violentes et il peut paraître un peu ingrat de la remplacer à présent par une nouvelle venue plus gracieuse. Mais que voulez-vous, le monde de la communication est impitoyable et laisse peu de place à un quelconque sentimentalisme.

Me voilà donc joyeusement innocent en train de déballer fiévreusement le joli morceau de plexiglass gravé. Hooo comme c’est joli, y a le logo de La Plage. Haaaaa… ha ha ha… (rire nerveux) OK ils ont oublié de mettre le reste. Respirons un grand coup, errare humanum est, ça peut arriver à tout le monde de se tromper. Certes… Mais pourquoi ça arrive à tout le monde de se tromper quand ils ont affaire à moi uniquement ? J’ai l’impression que La Plage Digitale, et son actuel avatar humain que je suis, canalisent tout le Fail humain à la ronde : erreur de livraison, problème de date, installation électrique douteuse, plantage dans les mises à jour, mauvais branchements, oublis en tout genre, etc.

Loin de moi l’idée d’en vouloir à une quelconque personne incriminée, même si elle peut être directement en cause. Non je souhaite conserver ma bonhommie naturelle et je ne supporte pas les gens qui s’énervent sur leurs interlocuteurs pour toute panne ou incident. Le type que vous avez en face de vous est forcément le bouc émissaire, le vaillant soldat de l’après-vente envoyé au front pour essuyer les balles et obus de la vindicative clientèle. Je connais ça moi-même dans ma fonction où c’est toujours de ma faute si la clim est en panne, si l’internet ne marche pas, si il n’y a plus de papier dans l’imprimante ou dans un endroit que je ne citerai pas à une heure si proche des repas. J’ai signé pour ça, j’accepte tout à fait d’être le rempart et le sac de sable, et j’ai donc une certaine empathie pour mes confrères défouloirs.

Mais quand même…

Prenons l’exemple de la climatisation.  Elle est normalement sensée être branchée sur les communs (compris dans les charges tout ça tout ça). En fait elle était branchée sur… un câble qui aboutissait au tableau électrique sur un grand vide avec un petit post-it « clim 2 ».

« A mon avis, ce doivent être les fils reliés à la climatisation et c’est pour ça qu’elle ne marche pas… » « You don’t say? »

Une fois le « problème réparé monsieur » la climatisation Nord s’est avérée bien être branchée sur un disjoncteur climatisation (du grand classique) mais marche uniquement en ventilation (pas de refroidissement de l’air, et je pense donc aussi pas de chauffage). La climatisation Sud quant à elle a trouvé de bon ton d’être branchée sur un disjoncteur « chauffe-eau sanitaire femme » (magnifique panneau électrique d’ailleurs avec des disjoncteurs branchés mais sans étiquette où il est très délicat de savoir ce que ça fait quand on met « on / off »… je devrais vérifier, peut être que j’arrive à éteindre des trucs à la médiathèque en face ou certains luminaires du cimetière d’à-côté) Qui plus est, madame la climatisation est relativement timorée et se bloque 3 secondes après qu’on l’allume.  Quelle joie d’être en Alsace et de disposer d’un climat clément, parce que si ça commence à monter à plus de 30° dehors je vais proposer à nos amis de Rue 89 Strasbourg (qui occupent le bureau au Sud) de changer leur local en sauna pour coworkers. Et depuis j’attends, j’ai contacté les différents acteurs de ce mélodrame des temps modernes : le propriétaire, l’installateur de climatisation, l’électricien. Et moi je me retrouve au milieu de ce petit théâtre du n’importe quoi, essayant de faire comprendre aux habitants de La Plage qu’il faut laisser le temps au temps, mais que oui on s’occupe bien de ce problème. Et le pire du pire, c’est que je suis convaincu que les acteurs en question sont extrêmement compétents dans leurs domaines, il s’agit juste d’un concours de circonstances. Et la grande force de La Plage, et de moi-même votre humble serviteur, est d’être toujours premier aux concours de circonstances.

Finalement je ne serais pas choqué le moins du monde d’apprendre que je sers de cobaye à un programme d’expérimentation sur les limites de la patience humaine, ou bien que derrière tout ça il y a un esprit machiavélique et malin, ou alors une bande de joyeux singes qui pense qu’on peut résoudre tous les problèmes du monde en tapant sur le sol avec des bâtons. Si ça ne marche pas il faut taper plus fort ou changer de bâton.

« Always look on the bright side of life »

Project Details

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On Youtube